Bienvenue sur notre carnet hypothèses !

Bienvenue sur le carnet de l’École doctorale 188 !

Vous trouverez ici les échos de la vie scientifique des enseignants-chercheurs et doctorants en histoire moderne et contemporaine…

Veuillez noter que les informations institutionnelles et procédurales demeurent sur le site institutionnel de l’ED, intégré à celui de la faculté des Lettres de Sorbonne Université.

_____

Note de service aux enseignants-chercheurs et doctorants de l’ED :

N’hésitez pas à signaler à Fédoi Chafic (fedoi.chafic@sorbonne-universite.fr) vos publications, manifestations scientifiques et toute actualité susceptible d’être mise en ligne ici !

Les bons et les méchants / les représentations picturales et photographiques en histoire

Journée d’études

Depuis sa création, la journée d’études de l’École doctorale d’histoire moderne et contemporaine est organisée à deux fins : être un espace d’échanges scientifiques et de discussion pour les doctorants des deux périodes comprises dans le périmètre chronologique de l’école et contribuer aux réflexions lancées par les jeunes doctorants, notamment de 1re et 2e année.

Le matin, un thème permet aux doctorants de présenter leurs premiers résultats et l’état de leur travail ; l’après-midi, une réflexion est engagée sur un point de méthode. En regard des travaux en devenir, des doctorants plus avancés et des jeunes docteurs seront présents afin qu’ils partagent leurs résultats et leur expérience.

Consulter le programme.


Informations pratiques

Samedi 6 avril 2019 de 9h à 16h30
Maison de la Recherche – salle D035
28 rue Serpente, 75006 Paris

Inscription obligatoire auprès de Fédoi Chafic : fedoi.chafic@sorbonne-universite.fr

Comité d’organisation : doctorants.ed2@gmail.com

Finale du concours Ma thèse en 180s

Boris Vinogradov, doctorant en 3ème année sous la direction du Professeur Dominique Barjot, va concourir pour la finale Sorbonne Université du concours Ma thèse en 180s, qui aura lieu le 12 mars 2019.

L’INDUSTRIE AUTOMOBILE FRANÇAISE ET LA RUSSIE

Ma thèse en histoire économique porte sur l’implantation de l’industrie automobile française en Russie dans la 2ème moitié de XX siècle. L’automobile est tout un univers riche et passionnant à travers duquel on peut décrire les relations internationales, phénomènes sociaux, guerres, crises et révolutions. Je me focalise sur les automobiles françaises et la Russie. J’étudie les relations économiques franco-russes, sous le prisme de l’industrie automobile.

Au premier regard, la fabrication des voitures françaises en Russie peut vous paraître banale, simple et peu intéressante. Mais, qui sait ce qui se cache derrière ? Un demi-siècle des négociations, conflits d’intérêts, chute de communisme et batailles acharnées pour conquérir ce marché, parfois sauvage mais toujours prometteur. L’implantation des entreprises automobiles françaises en Russie a une longue histoire et de grandes perspectives. Dans ma thèse je réponds aux questions : Quelles stratégies doivent choisir les constructeurs automobiles français pour réussir à l’Est ? Quelles sont les conditions absolument nécessaires pour y parvenir ?

Les constructeurs français ont réussi une solide implantation industrielle en Russie. Par exemple, c’est à Moscou que Renault a construit la quatrième usine du Groupe par sa dimension. Mon objectif est non seulement de raconter l’histoire réellement passionnante de l’industrie automobile en Russie, mais aussi de décrire le processus d’exportation du savoir-faire français qui fait rayonner son expertise partout dans le monde.

Le n°3 d’Enquêtes est paru !

Les actes de la journée d’études du 7 avril 2018, consacrée aux thèmes “construire et maintenir un réseau” et “biographie et prosopographie : individus et groupes sociaux en histoire”, en constituent le matériau principal ; vous pouvez consulter le n°3 de la revue Enquêtes en suivant ce lien.

Bonne lecture !

Publication – Matthieu Devigne, L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre

Présentation de l’éditeur

Comment maintenir l’École quand tout semble prêt à s’effondrer ? Comment l’École de la Troisième République a-t-elle reçu les dogmes et les ordres de Vichy ? Comment la France de l’après-guerre, enfin, a-t-elle accompagné la reconstruction des murs de celle des esprits et des corps ?

L’histoire des écoles primaires de la France des années noires (1938-1948), c’est celle du personnel et des élèves qui poursuivent leur tâche avec une endurance qui tient autant de la routine que d’une solide capacité d’adaptation. C’est aussi celle des solidarités inédites forgées à la faveur de la sauvegarde des enfants entre des territoires scolaires très diversement frappés par les drames de l’Occupation et de la Libération. C’est enfin l’histoire des visions de réforme et de reconstruction qui s’efforcent d’imaginer, en ces temps d’incertitudes, les destins possibles de l’Éducation nationale du second XXe siècle à venir.

De la Bretagne au Lyonnais, des petites communales des monts d’Auvergne aux classes marseillaises, se fait le récit d’un ordinaire recomposé au rythme du conflit. Il est tissé de rigueurs et de banalités propres à une époque saisissante, à partir de laquelle il est toujours inspirant de réfléchir le présent.

Publication – Fabrice Bensimon (éd.), Les sentiers de l’ouvrier. Le Paris des artisans britanniques (autobiographies, 1815-1850)

Les Sentiers de l’ouvrier. Le Paris des artisans britanniques (autobiographies, 1815-1850). Textes de John Colin, Charles Manby Smith et William Duthie, traduits par Sabine Reungoat, édités et présentés par Fabrice Bensimon, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017.

Présentation de l’éditeur :  Au XIXe siècle, des milliers de Britanniques émigrent vers le continent. Parmi eux, des artisans viennent travailler quelque temps, forts de savoir-faire acquis outre-Manche, au cœur de l’industrialisation. Alors que les circulations se multiplient, mécaniciens, ouvrières du lin et du jute, dentelliers, cheminots, terrassiers ou travailleurs du fer utilisent leurs compétences en Europe. Au moins trois d’entre eux, venus à Paris par ces sentiers de l’ouvrier, ont laissé des mémoires : John Colin, apprêteur de cuir écossais et « ivrogne réformé » ; Charles Manby Smith, typographe érudit, qui compose à Paris des livres en anglais et William Duthie, orfèvre itinérant. Ils sont employés dans cette « fabrique collective » parisienne, capitale de l’échoppe et de l’atelier, destination de centaines de milliers de migrants provinciaux et étrangers. Ces trois témoins décrivent leur travail, leur logement et leurs sociabilités. Ils sont parfois les témoins de la grande histoire, à l’instar de Smith, observateur apeuré de la révolution de Juillet 1830. Ils repartent et finissent par raconter leur vie, selon un usage alors répandu dans les classes populaires britanniques. Leurs témoignages sur le Paris ouvrier sont rassemblés ici, pour la première fois en français.

Jeunes docteurs – Séverin Duc lauréat d’un prix Aguirre-Basualdo 2017

Félicitations à Séverin Duc, lauréat du prix Aguirre-Basualdo 2017 (Lettres et Sciences Humaines) de la chancellerie des universités de Paris, pour sa thèse intitulée “Un champ de forces et de luttes à la renaissance. L’Etat de Milan (1515-1530)”, sous la direction de Denis Crouzet.