La guerre de Milan, de Séverin DUC

Conquérir, gouverner, résister dans l’Europe de la Renaissance

Comment conquérir puis gouverner une dizaine de cités, des nobles par milliers et près d’un million de sujets ? En Lombardie, entre 1515 et 1530, François Ier, Francesco II Sforza et Charles Quint ont buté sur la même question. La réponse offrait un prix de taille : une terre riche et peuplée, à la croisée des chemins de la Méditerranée, des Alpes et des plaines du Nord. Si la guerre qui s’ensuivit fut destructrice et indécise, c’est que les autochtones opposèrent aux conquérants des défis à la hauteur d’une culture politique millénaire. Plus le temps passe, plus la Lombardie apparaît comme une des pièces incontournables de la formation de l’Europe moderne, entre exercice de la souveraineté, de la fidélité et de la médiation mais aussi expérience de la violence, de la servitude et de la résistance.

«…ce serait une illusion de croire que la vaste fresque peinte touche après touche par Séverin Duc ne concerne que ce qui serait une séquence marginale et secondaire de l’histoire de l’Italie … ce qui advient en Milanais dans un paroxysme de violences et dans une révolution de la domination politique est historiquement capital. Ne sont concernés dans ce tournant géopolitique pas seulement l’Italie du Nord et la Lombardie, pas seulement le roi de France et l’Empereur. Ce qui se joue au terme d’une quinzaine d’années sur l’incident en apparence dérisoire d’un cri, « Italia Italia », et d’un assassinat, serait une part du devenir, désormais en gestation pour un temps long, de l’Europe moderne. » (Denis Crouzet)
Lire le sommaire

En savoir plus

Bienvenue sur notre carnet hypothèses !

Bienvenue sur le carnet de l’École doctorale 188 !

Vous trouverez ici les échos de la vie scientifique des enseignants-chercheurs et doctorants en histoire moderne et contemporaine…

Veuillez noter que les informations institutionnelles et procédurales demeurent sur le site institutionnel de l’ED, intégré à celui de la faculté des Lettres de Sorbonne Université.

_____

Note de service aux enseignants-chercheurs et doctorants de l’ED :

N’hésitez pas à signaler à Fédoi Chafic (fedoi.chafic@sorbonne-universite.fr) vos publications, manifestations scientifiques et toute actualité susceptible d’être mise en ligne ici !

Appel à communications – Colloque : “Grandes figures de la diplomatie – Gabriel Hanoteaux, Jules Jusserand et l’Amérique

Comité scientifique et organisation

Isabelle Dasque, Sorbonne Université
Emmanuelle Haim, doctorante, INP
Robert Frank, professeur émérite, université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
Stanislas Jeannesson, Université de Nantes
Isabelle Nathan, Archives diplomatiques

Le colloque propose de revenir sur la période clé du début du XXe siècle où la diplomatie se professionnalise et s’adapte aux mutations profondes de la vie internationale. Deux diplomates de même génération, sorti du rang (Hanotaux) ou issu du concours tout récemment institué aux Affaires étrangères (Jusserand), sont représentatifs de cette époque. Liés, notamment, par l’intérêt qu’ils ont porté aux relations franco-américaines, ils ont contribué à définir les grands axes de la politique extérieure mais ont aussi laissé une œuvre inscrite dans la vie intellectuelle de leur temps.

Chartiste puis maître de conférences à l’École pratique des hautes études, Gabriel Hanotaux (1853-1944) est entré au Quai d’Orsay comme lecteur des Archives diplomatiques dans le cadre de ses recherches sur Richelieu. Intégré comme attaché non payé (stagiaire bénévole) au ministère, il en a gravi les échelons, passant par trois cabinets ministériels dont celui de Gambetta (1881-1882) et de Jules Ferry (1883-1885), avant une expérience unique en poste à Constantinople interrompue inopinément (1885-1886). Après une parenthèse de trois ans en politique (il est élu député), il revient au Quai d’Orsay où il accède à un poste de direction avant de se voir confier le portefeuille des Affaires étrangères, qu’il conservera quatre ans (avec une interruption de novembre 1895 à avril 1896). Son ministériat se concentre sur la poursuite de l’expansion coloniale jusqu’à la crise de Fachoda, tandis que sur le continent, il suit la voie de l’équilibre et du concert européen en cherchant à se concilier l’Allemagne (pour faire pièce à la concurrence coloniale anglaise), la Russie et l’Italie. Son départ du ministère en 1898 ne met pas un terme à son activité de diplomate : il sera délégué à la SDN (1920-1924), fondera le comité France-Amérique puis consacrera l’essentiel de son temps à son œuvre d’historien.

Jules Jusserand (1855-1932) est licencié en droit et ès lettres quand il passe le concours d’accès à la fonction consulaire (1878). Formation académique, érudition et pratique professionnelle vont, chez lui, de pair : il parfait ses connaissances en langue et littérature anglaise à Londres où il est nommé élève-consul (20 septembre 1878), après avoir soutenu un doctorat ès lettres avec une thèse consacrée à un poète anglais du XIIe siècle Josephus Exeter (22 novembre 1877). A l’issue d’un passage au cabinet du ministre Barthélémy-Saint-Hilaire, il fait paraître une histoire littéraire du peuple anglais, qui lui vaut l’estime du fils de Guizot, professeur au Collège de France. En 1880, il devient directeur politique adjoint, tout en poursuivant sa carrière littéraire, s’implique dans l’organisation du protectorat en Tunisie où il seconde son ami Paul Cambon (1882-1887), obtient un premier poste de ministre de France à la légation de Copenhague (1898), avant de succéder à Jules Cambon comme ambassadeur à Washington. Son ambassade est exceptionnelle à plus d’un titre : par sa longueur (23 ans), par l’estime et l’amitié qui lient l’ambassadeur au Président Théodore Roosevelt, par la popularité dont il jouit auprès des Américains, par les succès de son action diplomatique. L’appui des États-Unis lors de la crise marocaine et de la conférence d’Algésiras et l’entrée en guerre des États-Unis en 1917 sont à porter à son crédit. Jules Jusserand incarne le modèle d’un diplomate fin connaisseur de la culture et de la situation sociale et économique de son pays de résidence selon le principe que pour un diplomate, il est désormais moins important de persuader un prince et son ministre que de comprendre une nation.

On évoquera ces deux personnalités en les associant à travers les thématiques suivantes :

      I. PROFIL SOCIAL ET INTELLECTUEL

  • Les deux diplomates se distinguent-ils, par leurs origines familiales, leur formation, leur voie d’accès au Quai d’Orsay, du personnel diplomatique en activité à la fin du XIXe siècle ?
  • Sociabilités et amitiés savantes, artistiques, intellectuelles, littéraires : Jusserand et ses réseaux américains, Hanotaux et les cercles parisiens.
    Connaissant Taine, Jusserand fait partie du cercle gravitant autour du Collège de France à Paris, il fréquente les avant-gardes à Londres. Aux Etats-Unis, il est très proche des milieux universitaires. Hanotaux a été élu à l’Académie française en 1897 comme historien, il entretient une correspondance suivie avec des milieux littéraires et artistiques académiques.
  • L’œuvre, le rapport à l’écriture.
    Hanotaux, comme historien de son temps autant que biographe de Richelieu, Jusserand comme parfait anglophone, spécialiste du théâtre et de littérature anglaise ont produit une œuvre qui pourrait faire l’objet d’une redécouverte et dont il faudrait évaluer la portée et la modernité.

    II. LEUR CONCEPTION DE LA POLITIQUE EXTÉRIEURE DE LA FRANCE
  • Un patriotisme républicain exacerbé par la défaite de 1870, l’expansion coloniale pour compenser la perte de l’Alsace-Lorraine.
    Jusserand a visité l’Égypte en pleine révolte madhiste, a suivi les questions tunisiennes…. Picard, marqué par la défaite de 1870, Hanotaux a suivi de près les questions coloniales, il a été impliqué dans la crise de Fachoda, qu’il a contribué à résoudre avant Delcassé.

    III. LEUR VISION DU MONDE
    , LEUR APPROCHE DES GRANDES PROBLÉMATIQUES INTERNATIONALES
  • La fin du Concert européen au profit d’un système d’alliances entre puissances.
  • La montée des Etats-Unis sur la scène internationale.
    Hanotaux, premier à prendre la mesure du poids des États-Unis sur la scène internationale en y envoyant une personnalité de premier plan, Jules Cambon. Hanotaux, fondateur du comité France-Amérique en 1909.
    Jusserand, ambassadeur et observateur, avant, pendant et après la Grande Guerre ; son action diplomatique, ses relais et ses amitiés au sein du personnel politique américain, la réputation qu’il acquiert et le rayonnement de son ambassade.
  • Le poids de la Grande guerre et les mutations de la diplomatie
    Jusserand a été critiqué pour ne pas avoir su peser assez tôt sur l’entrée en guerre des Etats-Unis. Il se voit concurrencé par la présence d’un haut commissariat à Washington et le rôle des comités interalliés.
    La diplomatie est en pleine mutation sous l’effet de la guerre : dédoublement des rouages, rôle des comités interalliés, montée des experts, poids des questions économiques, monétaires et financières, diplomatie culturelle.
  • Le nouvel ordre mondial issu des conférences de la Paix (arbitrage, SDN, droit des gens, rôle des opinions publiques, désarmement)

    Appel à Communications

    Les propositions (CV et note d’intention de 1500 signes) sont à transmettre avant le 31 décembre 2019 à :
    isabelledasque@orange.fr et stanislas.jeannesson@univ-nantes.fr, copies à isabelle.nathan@diplomatie.gouv.fr et emnataud@hotmail.fr

 

Colloque international – 7 au 9 novembre 2019

LA GUERRE DE CRIMÉE : PREMIÈRE GUERRE MODERNE?

La Guerre de Crimée (1853-1856) marque, avec la Guerre de Sécession (1861-1865), un tournant historique et anthropologique majeur dans l’histoire du fait militaire, témoignant de transformations profondes dans la façon de combattre mais également dans le rapport qu’entretiennent les sociétés avec la guerre, que ce soit pendant ou après le conflit.
Ce colloque a donc pour ambition d’inscrire la guerre de Crimée dans cette nouvelle façon d’écrire l’histoire des conflits.
Organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle et l’UMR SIRICE

Programme

Le Langage et la Foi dans l’Europe des Réformes (XVIe siècle)

Sous la direction de Julien Ferrant et Tiphaine Guillabert-Madinier

Résumé: Dans la religion du « Verbe fait chair », la question du langage est unie à celle du salut, et plus encore au siècle de l’humanisme et des Réformes. Cet ouvrage propose une réflexion sur le rôle du langage dans les processus de réformation et de confessionnalisation dans l’Europe du XVIe siècle.

En savoir plus

Samuel Bamford, La Vie d’un radical anglais au temps de Peterloo

Traduction par Laurent Bury. Édité par Fabrice Bensimon, avec le concours de Robert Poole.

Manchester, 16 août 1819. Quelque 60 000 personnes, hommes, femmes et enfants, surtout des ouvrières et ouvriers du textile, sont rassemblées pacifiquement pour des réformes démocratiques. À peine le meeting a-t-il commencé que la troupe charge et sabre la foule, tuant 15 personnes et en blessant plus de 600 : c’est le massacre de Peterloo. Le tisserand Samuel Bamford (1788-1872) avait conduit les habitants de sa ville jusqu’au rassemblement. Dans ses mémoires, il a laissé le récit le plus saisissant de l’événement qui nous soit parvenu. Il raconte d’une plume alerte son engagement dans l’agitation radicale entre 1816 et 1821, une époque de récession économique et de crise politique. Bamford emmène ses lecteurs dans les tavernes pour des réunions radicales, dans les prisons et sur les routes du pays qu’il traverse à pied. Il nous fait rencontrer les radicaux célèbres de l’époque, mais aussi une foule d’anonymes des classes populaires.
Ces mémoires exceptionnels, publiés entre 1839 et 1842, « une lecture essentielle pour tout Anglais », selon l’historien E.P. Thompson, paraissent en français pour la première fois.

En savoir plus

Journée d’études 2019 : “les bons et les méchants” & “les représentations picturales et photographiques en histoire”

Depuis sa création, la journée d’études de l’École doctorale d’histoire moderne et contemporaine est organisée à deux fins : être un espace d’échanges scientifiques et de discussion pour les doctorants des deux périodes comprises dans le périmètre chronologique de l’école et contribuer aux réflexions lancées par les jeunes doctorants, notamment de 1re et 2e année.

Le matin, un thème permet aux doctorants de présenter leurs premiers résultats et l’état de leur travail ; l’après-midi, une réflexion est engagée sur un point de méthode. En regard des travaux en devenir, des doctorants plus avancés et des jeunes docteurs seront présents afin qu’ils partagent leurs résultats et leur expérience.

Consulter le programme.


Informations pratiques

Samedi 6 avril 2019 de 9h à 16h30
Maison de la Recherche – salle D035
28 rue Serpente, 75006 Paris

Inscription obligatoire auprès de Fédoi Chafic : fedoi.chafic@sorbonne-universite.fr

Comité d’organisation : doctorants.ed2@gmail.com

Le n°3 d’Enquêtes est paru !

Les actes de la journée d’études du 7 avril 2018, consacrée aux thèmes “construire et maintenir un réseau” et “biographie et prosopographie : individus et groupes sociaux en histoire”, en constituent le matériau principal ; vous pouvez consulter le n°3 de la revue Enquêtes en suivant ce lien.

Bonne lecture !

Publication – Matthieu Devigne, L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre

Présentation de l’éditeur

Comment maintenir l’École quand tout semble prêt à s’effondrer ? Comment l’École de la Troisième République a-t-elle reçu les dogmes et les ordres de Vichy ? Comment la France de l’après-guerre, enfin, a-t-elle accompagné la reconstruction des murs de celle des esprits et des corps ?

L’histoire des écoles primaires de la France des années noires (1938-1948), c’est celle du personnel et des élèves qui poursuivent leur tâche avec une endurance qui tient autant de la routine que d’une solide capacité d’adaptation. C’est aussi celle des solidarités inédites forgées à la faveur de la sauvegarde des enfants entre des territoires scolaires très diversement frappés par les drames de l’Occupation et de la Libération. C’est enfin l’histoire des visions de réforme et de reconstruction qui s’efforcent d’imaginer, en ces temps d’incertitudes, les destins possibles de l’Éducation nationale du second XXe siècle à venir.

De la Bretagne au Lyonnais, des petites communales des monts d’Auvergne aux classes marseillaises, se fait le récit d’un ordinaire recomposé au rythme du conflit. Il est tissé de rigueurs et de banalités propres à une époque saisissante, à partir de laquelle il est toujours inspirant de réfléchir le présent.

Publication – Fabrice Bensimon (éd.), Les sentiers de l’ouvrier. Le Paris des artisans britanniques (autobiographies, 1815-1850)

Les Sentiers de l’ouvrier. Le Paris des artisans britanniques (autobiographies, 1815-1850). Textes de John Colin, Charles Manby Smith et William Duthie, traduits par Sabine Reungoat, édités et présentés par Fabrice Bensimon, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017.

Présentation de l’éditeur :  Au XIXe siècle, des milliers de Britanniques émigrent vers le continent. Parmi eux, des artisans viennent travailler quelque temps, forts de savoir-faire acquis outre-Manche, au cœur de l’industrialisation. Alors que les circulations se multiplient, mécaniciens, ouvrières du lin et du jute, dentelliers, cheminots, terrassiers ou travailleurs du fer utilisent leurs compétences en Europe. Au moins trois d’entre eux, venus à Paris par ces sentiers de l’ouvrier, ont laissé des mémoires : John Colin, apprêteur de cuir écossais et « ivrogne réformé » ; Charles Manby Smith, typographe érudit, qui compose à Paris des livres en anglais et William Duthie, orfèvre itinérant. Ils sont employés dans cette « fabrique collective » parisienne, capitale de l’échoppe et de l’atelier, destination de centaines de milliers de migrants provinciaux et étrangers. Ces trois témoins décrivent leur travail, leur logement et leurs sociabilités. Ils sont parfois les témoins de la grande histoire, à l’instar de Smith, observateur apeuré de la révolution de Juillet 1830. Ils repartent et finissent par raconter leur vie, selon un usage alors répandu dans les classes populaires britanniques. Leurs témoignages sur le Paris ouvrier sont rassemblés ici, pour la première fois en français.