Appel à communications – Journée d’étude des doctorants de l’école doctorale d’histoire moderne et contemporaine


SAMEDI 4 AVRIL 2020

Calendrier

17 février 2020 Date limite de l’envoi des propositions de communication.
Les propositions devront comporter :
– La mention du thème choisi parmi les deux proposés
– Un titre, même provisoire
– Une proposition de communication de 500 mots maximum
– Le nom, prénom et courriel de l’auteur
– Le titre de la thèse, le nom du directeur de recherche et l’année
d’avancement dans les études doctorales
Les propositions des doctorants inscrits en première ou deuxième
année feront l’objet d’une attention particulière.

27 février 2020 Réponse aux auteurs.

4 avril 2020 Journée d’étude (amphithéâtre Georges Molinié, Maison de la
Recherche)

Les participants pourront publier, s’ils le souhaitent, leur communication dans le prochain numéro d’Enquêtes, revue de l’École doctorale d’histoire moderne et contemporaine.

Comité d’organisation

Cécile Alexandre, Simon Castanié, Agathe Couderc, Jonathan Hassine, Lucas Lehericy, Alice de Lyrot, Adélaïde Marine-Gougeon, Alice Milor, Jean-Benoît Poulle, Baptiste Vinot.

Contact : doctorants.ed2@gmail.com

Avec le soutien du Pr. Reynald Abad, directeur de l’ED2, du Pr. Catherine Mayeur-Jaouen, directrice-adjointe, et le concours de Fédoi Chafic, responsable administrative.

Thème 1

« Appartenir. Groupes et individus en histoire moderne et contemporaine »

Avec l’École des Annales, à partir de la fin des années 1920, l’histoire s’empare des groupes sociaux en tant qu’objet d’étude. En vertu de la fameuse sentence de Lucien Febvre : « Pas l’homme, encore une fois jamais l’homme. [Mais] les sociétés humaines, les groupes organisés », les individus ne sauraient être considérés isolément par l’historien mais comme appartenant à différents groupes. L’historien est donc aujourd’hui confronté en permanence à des allers-retours entre l’individu et le groupe. Que l’on parte de l’individu, à l’instar de la microstoria italienne, pour éclairer des formes d’organisation humaine ou que l’on s’intéresse à une partie d’un groupe ou à sa totalité, la question de l’appartenance apparaît centrale.

La thèse pionnière d’Antoine Prost sur les anciens combattants de la Première Guerre mondiale (1977) donne à voir la richesse de ce que signifie appartenir à un groupe : de sa création (sociale, juridique, politique) à ses représentations individuelles et collectives, en passant par sa sociologie (sa composition, son fonctionnement). L’ouvrage de Norbert Elias, La société des individus (1987), marque aussi une étape clef dans la réflexion sur les interrelations entre les individus – caractérisés par l’adaptabilité et l’évolution continuelle de leur psychisme – et le groupe qui imposerait des normes de comportements conduisant à refouler les manifestations instinctives et spontanées des individus. Cherchant à dépasser cette dichotomie apparente entre individus et groupes, il analyse la manière dont l’individualisation et l’uniformisation représentent deux processus sociaux indissociablement à l’œuvre dans les sociétés occidentales du XXe siècle. Depuis, les travaux historiques consacrés à l’analyse des relations que l’individu entretient avec le groupe sont nombreux. Dans les années 1990, en empruntant les méthodes quantitatives et qualitatives de l’École de Chicago, John Padgett et Christopher Ansell produisent une enquête de sociologie historique consacrée aux individus composant la famille des Médicis, véritable « groupe d’influence » à Florence à partir du XVe siècle. De la même façon, Katia Béguin, dans son ouvrage consacré aux princes de Condé (1999), étudie la manière dont les différents membres de cette lignée se constituent une clientèle et un réseau qui leur sont propres, ce qui n’empêche pas certains d’adopter des stratégies individuelles parfois en rupture avec la tradition du groupe familial. Pour l’époque contemporaine, Jérôme Pozzi (en 2011) donne l’exemple des relations complexes entre individus et groupes en politique, en étudiant les mouvements gaullistes qui, loin de constituer un groupe uniforme, sont animés et heurtés de l’intérieur par les trajectoires et les ambitions des individus.

Appartenir à un groupe, c’est à la fois se définir comme membre de celui-ci et être défini par les autres – qu’ils fassent partie ou non du groupe – en tant que tel. Pour écrire l’histoire de ces relations entre l’individu et le groupe, l’historien doit ainsi s’interroger sur la volonté d’appartenir à un groupe ou d’en sortir, son fonctionnement ou encore sur la possible superposition de plusieurs appartenances. Mais il s’agit aussi de se pencher sur ce que signifie concrètement faire partie d’un groupe, de se demander dans quelle mesure les choix individuels sont imposés par les normes du groupe d’appartenance, et comment de telles normes s’imposent. Si la sociologie a depuis longtemps pensé les étapes successives de la socialisation, la pratique historienne, du fait de son matériau, s’est souvent contentée de prendre les règles du groupe comme reflétant celles des individus, et inversement, sans forcément réfléchir aux canaux de transmission de telles normes, et aux marges de manœuvre des individus vis-à-vis de son groupe d’appartenance. Il importe donc de prendre au sérieux la notion d’appartenance, car elle sous-tend bon nombre de travaux historiques sans être toujours approfondie. 

Pour ce faire, les communications pourront s’appuyer, sans s’y limiter, sur les axes de réflexion suivants :

Rejoindre ou sortir d’un groupe. L’historien, quelle que soit la période ou la société étudiée, est amené, le cas échéant, à se poser la question des stratégies individuelles ou collectives qui consistent à rejoindre un groupe ou à en sortir. À cet égard, l’on peut s’attarder sur ses critères d’appartenance, sur les barrières sociales qui peuvent être surmontées ou non, ou encore sur les obstacles qui se posent à sa création.

Faire groupe. Si l’historien ne prétend pas faire œuvre de sociologue, il ne peut faire l’économie d’une réflexion sur les relations entre individus et groupes. En quoi l’ethos du groupe influe-t-il sur ses propres choix ? Quelle est la part de l’individu dans la définition et le fonctionnement du groupe ? Est-il possible de dégager des « régularités observables » parmi les individus du groupe ?

Les sources des relations entre individus et groupes. Y a-t-il des sources à privilégier pour étudier la relation entre individus et groupes sociaux ? Faut-il mêler systématiquement archives publiques/collectives et archives privées/individuelles pour restituer une histoire « à parts égales » de cette relation ?

Les apports des autres sciences sociales pour l’historien. La sociologie, l’anthropologie ou encore l’ethnographie peuvent être convoquées par l’historien pour affiner ses catégories et son questionnement, voire pour compléter son corpus de sources. Quels sont les outils méthodologiques et épistémologiques qui peuvent être mobilisés par l’historien pour étudier cet objet ? Est-il possible d’employer des catégories sociologiques contemporaines pour étudier des périodes antérieures sans tomber dans l’écueil de l’anachronisme ?

Thème 2

« Carences, absences et silences des sources en histoire moderne et contemporaine »

La question du statut des archives, de leur construction, et de leur rapport aux contextes qui les ont fait émerger se pose de manière récurrente en histoire, mais a connu un regain d’intérêt depuis plusieurs années. Si l’histoire est une discipline fondée d’abord sur le texte et son interprétation, la multiplication des formes d’archives différentes au cours du dernier siècle (orales, visuelles, numériques) a, en effet, entraîné de nombreuses réflexions sur la production et la conservation archivistique présente et a fortiori passée, comme en témoigne The Silence of the Archives, publié par trois archivistes britanniques en 2017. De même, de nouveaux courants historiographiques, tels que celui des Subaltern Studies, ont su donner la parole à des acteurs négligés ou restés « silencieux » en interrogeant différemment les sources. Au cœur du métier d’historienne et d’historien, l’archive doit aussi être abordée à partir de ses marges. C’est donc en interrogeant les carences, les absences et les silences contenus dans les archives en histoire moderne et contemporaine que nous voudrions questionner la pratique historienne.

En effet, les carences dans les sources, voire les absences de source, engagent chaque historienne et historien dans une réflexion spécifique à son matériau de travail, et donc à sa pratique de l’histoire. Celle-ci doit évidemment s’adapter aux objets, mais aussi aux contextes historiques. Il convient ainsi de noter que ce qu’on entend par « carence » ou « absence » se réfère à ce qui est considéré comme la quantité d’archives disponibles « normale »pour la période (quantité qui, peu ou prou, augmente à mesure qu’on se rapproche du temps présent). En ce sens, ces carences ou ces absences doivent être pensées à l’aune de la propre histoire de conservation des sources et de leurs auteurs. De même, certains objets spécifiques, comme les sexualités ou les déviances, s’expriment souvent dans l’ombre des sources et obligent les chercheuses et chercheurs à composer avec ces problèmes. Il s’agit alors de penser l’absence ou les carences et de les compenser, pour finalement faire de celles-ci non un impensé mais bien la base du questionnement historique. Enfin, si l’historienne et l’historien sont attirés par l’existant, par le plein, des vies se déroulent pourtant dans les pointillés des archives. Pour éviter que l’histoire fasse l’impasse sur ceux qui ne produisent pas d’archives, il faut trouver de nouvelles méthodes. Il s’agit finalement de savoir ce que l’on peut faire dire aux carences, aux absences et aux silences des sources, et comment le faire. Pour cela, nous proposons trois axes d’étude sur lesquels les communications pourront s’appuyer sans s’y limiter.

Production, conservation, et disparition : l’archive face à son passé. Il s’agit tout d’abord de questionner l’absence des sources en lien avec leur contexte de production et de conservation. Ces sources ont-elles disparues ? Pourquoi n’ont-elles pas été conservées ? Que penser des destructions postérieures, qu’elles soient accidentelles ou intentionnelles ? Les corpus que nous étudions peuvent avoir été touchés par des destructions causées par des accidents de l’histoire : incendies et insurrections, catastrophes naturelles, ou mauvaises conditions de conservations. Il s’agit ici d’intégrer le contingent de l’événement historique en lui-même, ou les conditions de conservation dans le processus d’élaboration de la science historique. Ces absences peuvent révéler des enjeux spécifiques aux contextes de production, ou aux contextes qui ont transmis et conservé les sources. Cette interrogation est primordiale car toute absence particulièrene peut s’apprécier qu’au regard des absences globalesdes sources. Il s’agit ici aussi de trouver des méthodes pour comprendre et expliquer les manques.

Carences, absences, silences, et leurs interprétations. Au-delà de ces absences générales, c’est aussi la carence spécifique dans les textes qui doit être analysée. Ces carences sont-elles un obstacle insurmontable à la connaissance historique, ou au contraire sommes-nous capables de surmonter ces pertes par d’autres voies ? Comment composer avec celles-ci afin de reconstituer ou d’interpréter des sources lacunaires ? Quelle méthodologie utiliser pour contourner des absences d’informations dans une source ou des sources manquantes ? A l’inverse, certains phénomènes sociaux ne transparaissent pas dans les sources du fait même de leur évidence éclatante, ou au contraire de la nécessité de les cacher. Il s’agit donc de penser ces silences de manière positive, en cherchant à savoir si l’absence d’information peut constituer une preuve dans une démonstration. L’absence révèle parfois plus que la présence, en pointant les discours interdits, et ce qu’ils révèlent des normes et des déviances. Comment donner sens, et rapporter cette absence à des enjeux ou des stratégies discursives que l’on connaît par ailleurs ? Il s’agit donc finalement de savoir si l’on peut penser positivement l’absence, en tant que signifiant révélateur d’une source

Faire parler les absentes et les absents. L’on peut enfin se pencher sur le silence des sources et, a fortiori sur celui des individus, qui conduisent à réfléchir sur le processus de construction des sources. Que dire des individus qui ne produisaient pas les archives et dont les traces ne sont que furtives ? La question des silences et des absences oblige alors à un retour sur le dicible, mais aussi sur les acteurslégitimes à s’exprimer. Que peut-on dire des catégories dominées et considérées comme subalternes n’ayant pas les capacités ou les moyens d’écrire leur propre histoire ? Que dire de cette parole lorsqu’elle surgit, même de manière lacunaire ? Et de quelles sources émane-t-elle ? Il semble ici nécessaire de penser les silences et de réfléchir à la possibilité de redonner la parole à ceux qui ne pouvaient en avoir l’usage. Tous les silences se valent-ils ? Quelles sources mobiliser pour les combler ? Des sources collectives et sans auteur (chansons populaires, mythes, légendes, contes), peuvent-elles nous aider à penser les individus qui les racontaient, les échangeaient, les écoutaient ? Ce sont donc toutes ces situations qu’il importe de prendre en considération afin de faire passer les absents et leurs silences des marges jusqu’au cœur de la connaissance historique.

Appel à communication – Colloque : « Le parfumeur : évolution d’une figure depuis la Renaissance »

« Le parfumeur : évolution d’une figure depuis la Renaissance »
28 – 29 janvier 2021 – Centre de recherche du château de Versailles

Colloque international organisé par Alice Camus (Guerlain / CRCV) et Érika Wicky (Université Lumière Lyon 2 / LARHRA).

« Au grand parfumeur » (détail), gravure, 1682 © BNF.

Fruit d’un savoir-faire qui s’est constitué dès l’Antiquité, la parfumerie détient une histoire riche et complexe dont de nombreux  aspects  restent  à  explorer,  car  son historiographie est récente et encore peu développée (Reinarz, 2014). La voie de la recherche sur ce sujet a été ouverte dans les années 1980 par des études menées tout d’abord sur le corps, ses soins et sa parure, telles celles de Georges Vigarello (1985) sur l’évolution des pratiques d’hygiène ou celles de Philippe Perrot (1984) sur les artifices utilisés pour conformer le corps à une image fantasmée. Ces analyses des pratiques de toilette, des accessoires de la parure et des produits de luxe ont mené à l’étude de l’histoire de la parfumerie. Pionniers dans ce domaine, les travaux d’Annick Le Guérer (1988 et 2005) ont été augmentés et approfondis par les recherches de Catherine Lanoë (2008), d’Eugénie Briot (2015) et de Rosine Lheureux (2016), centrées sur l’Ancien Régime et le XIXe siècle français. Holly Dugan (2011) s’est intéressée à la parfumerie de la période moderne en Angleterre tandis qu’Anna Messinis (2017) a choisi d’envisager dans l’histoire longue la parfumerie vénitienne. Située à la croisée de plusieurs champs d’études, dont l’histoire du corps, des sciences, du luxe et des pratiques de consommation (Roche, 1989), l’histoire de la parfumerie a bénéficié des avancées de la recherche dans de nombreux domaines. Elle s’est nourrie, en particulier, des travaux consacrés à l’histoire des sensibilités olfactives (Corbin, 1982 ; Halliday, 1999) et à l’anthropologie historique des sens (Classen et Howes, 1994) qui ont permis de déterminer les conditions de l’épanouissement de la parfumerie.

A partir de ces recherches antérieures, l’objet du colloque est d’étudier l’histoire de la figure du parfumeur, en analysant comment elle est apparue dès la Renaissance en Italie et s’est construite à partir du XVIIe siècle en France et en Angleterre. Sous l’Ancien Régime, alors que le commerce, dans la plupart des pays d’Europe, était régulé par des corporations, l’affirmation de l’identité du parfumeur s’est souvent accompagnée d’une lutte menée sur le plan juridique pour s’ériger en seul détenteur du droit de fabrication et de vente des produits de parfumerie. Dès sa reconnaissance, ce métier a connu des métamorphoses dont il s’agira d’observer comment elles ont affecté chacune des trois opérations qui définissent le parfumeur à travers l’histoire : créer, fabriquer et vendre des parfums (Gobet et Le AGall, 2011). En effet, les parfumeurs ont dû s’adapter à l’évolution des pratiques et se distinguer de leurs concurrents en fabriquant et commercialisant à différents moments de leur histoire non seulement des eaux de senteur, mais aussi d’autres produits parfumés comme les gants, dont la création a été leur première vocation, puis des sachets, des cosmétiques, de la poudre pour les cheveux, des savons, voire, plus récemment, des bougies. L’évolution de l’usage des parfums, tantôt prophylactique, hygiénique ou hédonique a aussi affecté les parfumeurs qui se sont alliés à d’autres domaines d’activité, côtoyant de près apothicaires, coiffeurs, chimistes, puis artistes et grands couturiers. L’exigence de répondre à une demande croissante a également motivé la mise au point de nouveaux procédés et l’invention de nouvelles formules, transformant ainsi le travail du parfumeur.

L’industrialisation de la parfumerie au XIXe siècle marque un tournant majeur dans cette histoire, accélérant le rythme des innovations qui, telles l’extraction aux solvants volatils et l’apparition des matières premières de synthèse, ont révolutionné la parfumerie, transformant non seulement la pratique, mais aussi le statut social du parfumeur. Tout d’abord artisan, ce dernier pouvait devenir investisseur, voire notable (Briot, 2015). Le métier de parfumeur, exercé sous l’Ancien Régime dans le cadre d’établissements familiaux, s’est ensuite élargi à plus grande échelle, au XIXe siècle, dans des usines puis, aujourd’hui, dans les entreprises multinationales que nous connaissons. Ce métier s’est ainsi trouvé confronté à un accroissement des échelles de production conduisant à la fois à la multiplication des acteurs, notamment des ouvriers spécialisés puis des experts en marketing. L’essor, depuis les années 1990, de la parfumerie dite de niche, reposant sur une production très réduite et sur l’affirmation de la singularité du créateur, continue à faire évoluer l’histoire du parfumeur.

Ce colloque proposera une approche pluridisciplinaire de l’histoire du parfumeur, de son métier, de son statut social et de ses représentations, à travers les interventions de spécialistes d’horizons divers : historiens, historiens de l’art, littéraires, philosophes, parfumeurs et acteurs du monde contemporain de la parfumerie. L’approche pluridisciplinaire apportera une vision détaillée et nuancée de manière à dessiner les contours de la figure du parfumeur aux différents moments de son évolution historique en s’appuyant sur un large éventail de sources historiques (documents professionnels, juridiques, inventaires, etc.), littéraires et artistiques. Ce colloque s’efforcera également de saisir cet individu au cœur de son époque afin de mettre en lumière les liens entre l’exercice du métier de parfumeur et l’environnement socio-culturel de son temps.

L’exploration de l’histoire de la figure du parfumeur ouvre de nombreuses pistes de recherche dont voici quelques exemples :
La formation des parfumeurs : alors qu’ils étaient tout d’abord formés comme les
autres artisans, en apprentissage, la création des écoles de parfumerie au début du XXe siècle s’est accompagnée d’une normalisation des méthodes de formation.
L’histoire institutionnelle : guildes, corporations, syndicats et sociétés ont joué un grand rôle dans la définition et la régularisation du métier dès le XVIe siècle. Il s’agira de mesurer leurs rôles dans les différentes étapes qui ont marqué l’évolution de cette profession. Se pencher sur ces questions permettra aussi de mettre en évidence les causes institutionnelles des différences dans l’évolution de la profession entre les divers pays d’Europe.
Les parfumeurs et les autres corps de métier : la définition du métier de parfumeur s’est aussi faite par l’exclusion d’autres pratiques professionnelles, mais elle a bénéficié de rivalités et d’associations avec d’autres corps de métier. Par exemple, l’ouverture au marché américain, à la fin du XIXe siècle, a bénéficié du développement des drugstores (Bogard, 1983). On pourra ainsi envisager l’histoire du parfumeur à travers ses rapports avec d’autres professions, comme celle de gantier ou de tanneur, mais aussi de chimiste, apothicaire, coiffeur, marchande de mode, couturier, etc.
Les clientèles : du parfumeur qui approvisionne les plus puissants, tel Pierre-François-Pascal Guerlain fournissant l’impératrice Eugénie, à celui qui vend ses produits à des anonymes, l’exercice du métier diffère. L’analyse des clientèles révèle des pratiques et des choix commerciaux et économiques multiples.
Les espaces du parfumeur : celui-ci se définit aussi par les espaces qu’il investit. Exerçant à Grasse, dès l’Ancien Régime, auprès de la culture des matières premières, à Londres, Milan, Paris ou Versailles dans des échoppes renommées (Coquery, 2011) pour vendre ses produits, le parfumeur investit les usines aux abords des grandes villes dans la seconde moitié du XIXe siècle pour la fabrication de ses produits.
Le parfumeur cosmopolite : au XVIe siècle, selon Holly Dugan, tous les parfumeurs, d’Angleterre étaient italiens ou français. Au XVIIIe siècle, l’histoire a retenu la figure de Jean-Marie Farina, parfumeur italien produisant en Allemagne la célèbre eau de Cologne. Bien d’autres parfumeurs ont ainsi franchi les frontières de sorte que l’on peut opposer aux rivalités nationales qui s’expriment notamment lors des expositions universelles du XIXe siècle, la figure d’un parfumeur cosmopolite.
Les parfumeurs empoisonneurs : un imaginaire bien ancré associe les parfumeurs de la Renaissance à des empoisonneurs. Par exemple, René Bianchi (aussi appelé René le Florentin), parfumeur de Catherine de Médicis, a été notamment accusé du meurtre de Jeanne d’Albret, mère d’Henri IV. De nombreux romans historiques du XIXe siècle comme La Reine Margot (1845) d’Alexandre Dumas, tirent profit dans leur narration de cette figure de parfumeur-empoisonneur et en renforcent l’image.
Les parfumeurs amateurs : en parallèle de la création professionnelle, la fabrication domestique de parfums coexiste, depuis les grandes familles nobiliaires de l’Ancien Régime jusqu’au dandy esthète Des Esseintes, personnage principal d’À rebours de Huysmans. Cette pratique non professionnelle trouvera aussi sa place dans nos réflexions.
Les parfumeurs historiens et théoriciens : au XIXe siècle, l’histoire du parfum était essentiellement rédigée par des parfumeurs qui, tel Eugène Rimmel, auteur du Livre des parfums (1867), lui dédiaient généralement un ou plusieurs chapitres d’introduction à leurs essais. Plusieurs parfumeurs se sont consacrés à théoriser leur pratique, comme Septimus Piesse (1856) qui a élaboré un système de création olfactive fondé sur le modèle du solfège ou Edmond Roudnitska, dont l’essai L’Esthétique en question : Introduction à une esthétique de l’odorat (1977) défend le caractère artistique du parfum.
Les stratégies de valorisation de l’activité du parfumeur : pour valoriser leur activité, les parfumeurs ont souvent insisté tantôt sur le caractère scientifique de leur pratique tantôt sur sa dimension artistique. Durant la période fin-de-siècle, l’intervention d’artistes reconnus, comme Mucha, pour réaliser des affiches publicitaires et des emballages, de même que la mise en avant de la dimension créative du métier de parfumeur semblent s’inscrire dans ce que Nathalie Heinich et Roberta Shapiro (2012) ont identifié comme un processus d’« artification ».
Les parfumeuses : si de grandes figures de l’industrie de la parfumerie telles qu’Helena Rubinstein (Fitoussi, 2019) et Estée Lauder ont récemment fait l’objet d’études historiques, les parfumeuses, telles Germaine Cellier, restent peu connues. Dans le sillage de la journée d’étude « Les femmes en parfumerie » organisée à Grasse en mars 2019, il s’agira de se pencher sur la féminisation du métier de parfumeur. On pourra aussi en retracer l’histoire en constatant que les parfumeuses n’ont pas toujours été marginales : on en aurait ainsi dénombré huit à Lisbonne en 1551 (Kennett, 1975).
Les parfumeurs et la notion de style : si la création de parfums peut à certains égards être considérée comme un art, chacun d’eux doit se distinguer par son style et affirmer sa singularité. On pourra ainsi tenter de déterminer ce que le parfum dit de son créateur, mais aussi observer comment certains parfumeurs articulent leur propre style avec une identité de marque. En abordant ces questions, on poursuivra certains aspects de la réflexion amorcée lors du colloque La création olfactive organisé en 2014 par Chantal Jaquet, Roland Salesse et Didier Trotier dans le cadre de l’ANR Kôdô.
Les parfumeurs et la politique : c’est un parfumeur dont le succès a été assuré par la Restauration, César Birotteau, que Balzac a choisi comme parangon de la vertu des bourgeois commerçants. Dans son roman Je suis un affreux bourgeois (1926), Clément Vautel met en scène les ridicules d’un parfumeur aux convictions ultra-conservatrices. Outre les représentations littéraires et la figure de François Coty qui a déjà fait l’objet de plusieurs études (Winock, 1994), il apparaît nécessaire de mettre en lumière la nature des liens spécifiques noués entre le métier de parfumeur et la politique.
Les figures singulières et exemplaires de parfumeurs : souvent érigées en modèles pour l’originalité de leur production, leur posture sociale, voire le rapport qu’ils ont entretenu avec une marque, plusieurs figures de parfumeurs, comme Aimé Guerlain ou Ernest Beaux, ont contribué à façonner leur profession. Bien au-delà de l’apologie et de la biographie, il s’agira d’analyser la nature de leur contribution à la construction de la figure du parfumeur.

Éléments de bibliographie :
Eugénie Briot, La Fabrique des parfums : naissance d’une industrie de luxe, Paris, Vendemiaire, 2015.
Aroma : The Cultural History of Smell, Constance Classen et David Howes (dir.), Londres, Routledge, 1994.
Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, CTHS, 2011.
Alain Corbin, Le miasme et la jonquille : l’odorat et l’imaginaire social XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Aubier, 1982.
Holly Dugan, The Ephemeral History of Perfume : Scent and Sense in Early Modern England, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2011.
Helena Rubinstein: l’aventure de la beauté, catalogue d’exposition, Michèle Fitoussi (dir.), Paris, Flammarion, 2019.
Magalie Gobet et Emmeline Le Gall, Le parfum, Paris, H. Champion, 2011.
Une histoire mondiale du parfum. Des origines à nos jours, Marie-Christine Grasse (dir.), Paris / Grasse, Somogy / Musée du parfum, 2007.
Stephen Halliday, The Great Stink of London : Sir Joseph Bazalgette and the Cleansing of the Victorian Metropolis, Stroud, The History Press, 1999.
De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art, Nathalie Heinich et Roberta Shapiro (dir.), Paris, EHESS, 2012.
Chantal Jaquet, Philosophie de l’odorat, Paris, Presses universitaires de France, 2010.
Frances Kennett, History of perfume, Londres, Harrap, 1975.
Catherine Lanoë, La poudre et le fard, une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2008.
Rosine Lheureux, Une histoire des parfumeurs : France 1850-1910, Paris, Champ Vallon, 2016.
Annick Le Guérer, Le Parfum : des origines à nos jours, Paris, Odile Jacob, 2005.
Annick Le Guérer, Les pouvoirs de l’odeur, Paris, F. Bourin, 1988.
Anna Messinis, Storia del profumo a Venezia, Venise, Lineadacqua, 2017.
Brigitte Munier, Odeurs et parfums en Occident : qui fait l’ange fait la bête, Paris, le Félin, 2017.
Philippe Perrot, Le travail des apparences ou les transformations du corps féminin, XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Seuil, 1984.
Jonathan Reinarz, Past Scents: Historical Perspectives on Smell, Urbana, University of Illinois Press, 2014.
Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1989.
Georges Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen-Age, Paris, Seuil, 1985.

Codirection scientifique :
Alice Camus, doctorante en histoire moderne à Sorbonne Université, attachée de recherche chez Guerlain, chercheur invité au Centre de recherche du château de Versailles.
Érika Wicky, Marie Sklodowska-Curie Fellow, Université Lumière Lyon 2 / LARHRA.

Comité scientifique :
Eugénie Briot (Givaudan), Natacha Coquery (Université Lumière Lyon 2 / LARHRA), Chantal Jaquet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Cheryl Krueger (University of Virginia), Catherine Lanoë (Université d’Orléans), Rosine Lheureux (Archives départementales du Val-de-Marne), Jean-Alexandre Perras (Voltaire Foundation).

Date : 28-29 janvier 2021, sur deux journées.
Lieu : auditorium du château de Versailles.
Entrée gratuite sur inscription préalable.

Bienvenue sur notre carnet hypothèses !

Bienvenue sur le carnet de l’École doctorale 188 !

Vous trouverez ici les échos de la vie scientifique des enseignants-chercheurs et doctorants en histoire moderne et contemporaine…

Veuillez noter que les informations institutionnelles et procédurales demeurent sur le site institutionnel de l’ED, intégré à celui de la faculté des Lettres de Sorbonne Université.

_____

Note de service aux enseignants-chercheurs et doctorants de l’ED :

N’hésitez pas à signaler à Fédoi Chafic (fedoi.chafic@sorbonne-universite.fr) vos publications, manifestations scientifiques et toute actualité susceptible d’être mise en ligne ici !